La Voix Humaine

Program of performances in 4 parts


Church Saint-Eustache, Paris, France

March - June 2015


With Agnès Geoffray, Valentin Lewandowski, Ekaterina Vasilyeva & Hanna Zubkova, Julien Creuzet & Julien Marine, João Vieira Torres, Emma Dusong


La Voix Humaine is a program of vocal performances devoted to the potentiality of voice and a form it acquires in a symbolically charged space that is supposed to be a medium of a message. The voice as a tool, measure and object is manifested in narrated, whispered and sung stories. What happens with a voice in the space of a word, silent and performed?


As philosopher and artist Irena Tomažin states, the voice “brings a dead God back to life, and makes him present”. One of the most enigmatic human possessions, a voice, begotten from nihility, tends to be a very vivid entity, almost mighty in its performativity. A word is conceived by voice, and the world as a consequence. The voice defines the space: it resonates even when it is no more there. It determines time by duration. It confirms to be a conductor and a sign of truth in the axis of a spatiotemporal system. 


***


La Voix Humaine

Programmation de performances en 4 parties


Eglise Saint-Eustache, Paris, France

March - June 2015


Avec Agnès Geoffray, Valentin Lewandowski, Hanna Zubkova, Julien Creuzet & Julien Marine, João Vieira Torres, Emma Dusong


La Voix Humaine est une programmation de performances vocales consacrées au potentiel de la voix et à la forme qu’elle obtient dans un espace symboliquement chargé en étant un médium supposé. La voix comme instrument, mesure et objet se manifeste dans les histoires racontées, chuchotées, chantées. Que se passe-t-il avec la voix dans un lieu de parole, silencieux et performé ?


Comme l’affirme la philosophe et artiste Irena Tomažin, la voix « redonne vie à une divinité éteinte et lui rend sa présence ». Une des possessions humaines les plus énigmatiques, la voix, née du non-être, représente l’entité présente et toute-puissante dans sa performativité. С’est par la voix que se conçoit la parole, et, par conséquent, le monde, à partir de l’esprit. La voix définit l’espace, elle résonne même quand elle disparaît. Par sa durée, elle définit le temps. Elle confirme le fait d’être conducteur et signe de vérité dans le système axial spatio-temporel.


1. Tomažin I. (2014) Voice’s Empty Spaces: Some Fragments of Notes About the Voice. In M. Copeland (Ed.), Choreographing Exhibitions (pp. 76-81). Dijon: Les press du reel.

info
×

Agnès Geoffray presents a collection of different versions of life of Saint Agnès. She classifies them by a number of characters, the legend of Saint Agnès is constantly inventing itself in the course of reading. From simple phrase to the elaboration of entire narration, the life of Saint Agnes expands and becomes more complex, revealing simulacra, usual to myths and legends.


*** 


Agnès Geoffray présente une collection des différentes versions de la vie de Sainte-Agnès. Elle les a classées par nombre de caractères, la légende de Sainte- Agnès se réinventant ainsi sans cesse au fil de la lecture. D’une simple phrase à l’élaboration d’un récit à part entière, la vie de Sainte-Agnès s’étoffe et se complexifie, révélant ainsi les simulacres propres aux légendes et aux mythes.

info
×

In performance H by Valentin Lewandowski, a person replays his recorded speech on a vinyl disc. The discourse is about the letter h: starting from remarks related to psychological mechanisms of the pronunciation of h, it gradually comes to the question of the absence of sonority in French.


***

 

Dans l’œuvre H de Valentin Lewandowski, un homme prononce en surjeu un discours enregistré avec sa propre voix sur un disque vinyle. Le discours porte sur la lettre « h ». Partant de remarques relatives aux mécanismes physiologiques de prononciation du « h », le discours aborde peu à peu des questions liées à son absence de sonorité dans la langue française.

Ekaterina Vasilyeva and Hanna Zubkova work with specific contexts. At the intersection of « gesture - text - place » she forms polysemic chronotopes from decomposed fragments. A text turns into a plastic element, while a place (or, more generally, context) becomes a subject. For La Voix Humaine, in the place of the one who speaks is either an intermediate of the other’s voice or addresses someone who is simultaneously absent and present, Ekaterina and Hanna propose a performance in a form of dialogued recital, a meta-narration, where they play themselves, taking as a starting point a phantom of Jean Cocteau’s play.


***


Ekaterina Vasilyeva et Hanna Zubkova travaillent avec des contextes spécifiques. A l’intersection « geste - texte - lieu », elles forment des chronotopes polysémiques à partir de fragments recomposés. Le texte se transforme en élément plastique, alors que le lieu (et, plus largement, le contexte) devient sujet. Pour la manifestation La Voix Humaine, en partant du fantôme de la pièce de Jean Cocteau, demeurant dans un espace où celui qui parle est un intermédiaire d’une voix autre, ou s’adresse à celui qui paraît à la fois présent et absent, Ekaterina et Hanna proposent une pièce en forme de récit dialogué, une méta- narration où elles se rejouent elles-mêmes.

info
×

The performance by artist Julien Creuzet and counter-tenor Julien Marine develops an idea of a long-term project by Julien Creuzet, Opera-archipel. A search of contemporary exoticism nourishes new forms of opera fragmented in texts, sounds, images and gestures. Caribbean by origin, Creuzet is profoundly influenced by the notion of archipelago as a structure for artistic creation. The poems based on his observations and experiences serve as a score for the voice of Julien Marine. 


***


La performance Opera-archipel, le chagrin de Marine (...) de l’artiste Julien Creuzet et le contre-ténor Julien Marine développe l’idée d’un projet à long-terme de Julien Creuzet, l’Opera-archipel. La recherche de l'exotisme contemporain nourrit les nouvelles formes de l’opéra dans les fragments textuels, sonores, visuelles et gestuels. D’origine сaribéenne, Creuzet est profondément influencé par la notion d’archipel en tant que structure de création artistique. Les poèmes basés sur les observations et la recherche de l’artiste serviront la partition pour la voix de Julien Marine.

S’appuyant sur les premières images d’un tournage en cours, le récit-performance Aurora de João Vieira Torres se compose d’une suite de petits contes, dits par l’artiste autour d’un film rêvé. Tout part en effet d’un rêve où il disait à sa mère qu’il allait à la recherche des enfants qu’avait mis au monde sa grand-mère, Aurora, sage-femme et guérisseuse pendant plus de quarante ans dans le Sertão profond du Nordeste brésilien, aux confins d’une terre brûlée que la pluie n’a pas touchée depuis des années.


En s’ancrant dans une tradition de storytelling qui associe journal intime et carnet de voyage, la performance entrecroise mémoires familiales et histoire collective, en donnant à entendre comment, sans cesse, le présent, dans son avènement, impose de réécrire le passé. 

info
×

L’œuvre Valise d’Emma Dusong interroge la transformation, les transitions qui forment l’identité d’un individu. Le chant Irav é, écrit et composé par l’artiste, est chanté en arménien, langue choisie pour sa musicalité : même sans connaître la langue, on la comprend intuitivement par l’émotion de la mélodie. « La mélodie est douce, à la verticale, de haut en bas, comme une prise de décision qui lie la pensée à la marche », explique l’artiste. À la fin du chant, la voix se glisse dans la valise, qui commence à chanter à son tour en s’ouvrant.

info
×
Using Format