This is the place

Group exhibition

La Conciergerie, Le Magasin -  National Centre of Contemporary Art (Grenoble)

ENG


June 2013


With Thomas Braize, André Guiboux, François Roux
Co-curated with Michela Alessandrini


Certain places speak to us only when we question them. We listen to the silence they generate, hoping to find an answer. Empty and seemingly lifeless spaces develop a dialogue between their past, present and future latent possibilities. There is something very exciting in a place that is experiencing a transition, the sanctuary of what happened and the discreet expression of what is to come. Eventually. The exhibition here appears in the centre of this evolution: between the reactivation of past traces and the desire of future projections. The current appropriation of this space activates by multiple meanings a circuit of contamination.


This is the place provokes an interactive experience between art, artists and the space, accentuating the dynamics and aesthetics inherent to the collaboration. It is a collective creation, an exchange between different artistic and curatorial approaches and the space that is waiting to be rediscovered.


This project involves a space that is at the heart of a period of transition between its strong past identity and its future use. The Conciergerie of the Bouchayer-Viallet industrial site seems a significant choice in connection with this subject. This site is now a part of the main reconstruction project of the city of Grenoble. Almost all the artworks of the exhibition are new, and contribute to this redefining; they examine this evolution by creating links between the exhibition space and its context. They simultaneously develop a reflection relating to the concept of space in general and emphasize an autonomy which is not in the realm of the here and now.


The artist Thomas Braize works on the physical transformation of the space. His sculptures interact with their surroundings, interfering with its forms. Kill two birds with one stone (2013) is built on a strong interrelation with the space, highlighting the connection between the form and its context, something in between a new architecture and a sculpture of an autonomous sinuosity.


François Roux presents RGB (Rapeing Generic Buildings, 2011), a series of three more or less authorized interventions in more or less public buildings. A coloured pool, a smoke bomb that has been placed under a parked car, a "TPing" in a building lit up with pink. His gestures develop like breaks in the failed quiet and aesthetically yet imperturbable space. He creates images from contradictions and risks, in order to make a corrupted and transitory beauty emerge.


André Guibout invites the visitor through his work to get acquainted with a poet he highly esteems: Joe Bousquet, almost unknown to the large public, Narbonne-born artist who spent his life wounded in a room with permanently closed shutters. The new esplanade Andry-Farcy becomes the meeting point of a memory that we may never have acknowledged. The street sign brings us to stop for a moment, the time of the transition between what was and what remains. Meanwhile, it is also a tribute and a baptism, which materializes in the gesture of replacement when the sign from southern France comes to this place.


That's the place they have chosen. This is the place. 

info
×

This is the place

Exposition collective

La Conciergerie, Le Magasin - Centre National d’Art Contemporain (Grenoble)

FR


Juin 2013


Avec Thomas Braize, André Guiboux, François Roux

Co-commissariat avec Michela Alessandrini


Il y a des endroits qui nous parlent uniquement lorsque nous les remettons en question. À partir du vide et de ce qui apparaît dépourvu de vie, naît un dialogue qui concerne le lieu, les saisons qu’il traverse, et les possibilités qui y résident de façon latente. Il y a quelque chose de très excitant dans un lieu en transition, entre le refuge de ce qui s'est passé et l’expression discrète de ce qui pourrait éventuellement arriver. C’est au centre de cette évolution que cette exposition intervient: entre la réactivation des traces du passé et le désir des projections futures. L'appropriation actuelle de cet espace actionne un circuit de contaminations aux significations multiples.


This is the place est un projet qui provoque une expérience interactive entre art, artiste-s, et lieu, mettant l'accent sur une dynamique et une esthétique inhérente à la collaboration. Il s'agit d'une création collective, un échange qui se joue entre les différentes approches artistiques et curatoriales et un espace en attente d'être redécouvert.


Ce projet intervient sur un lieu qui est au centre d’une période de forte transition entre son identité passée et son usage futur, la Conciergerie du site industriel Bouchayer-Viallet semble donc un choix significatif. De même que le site dans son ensemble, la Conciergerie fait partie des bâtiments sujets aux réaménagements actuels de la ville de Grenoble. Les œuvres exposées, crées pour l’occasion, se placent au milieu de cette redéfinition: elles questionnent l’évolution qui se joue entre ces petites et grandes réalités territoriales, en jouant sur les liens entre l’espace destiné à l’exposition et ses environs. De la même façon, ces œuvres développent une réflexion liée au concept d’espace en général, s’appuyant sur une autonomie qui dépasse l’ ici et maintenant.


Le travail de Thomas Braize propose une remise en état du lieu. Ses sculptures interagissent avec l’espace, en modèlent ses limites et s’appuyent sur ses formes. L’oeuvre qu’il présente içi, intitulée Kill two birds with one stone (2013), se construit en relation étroite avec le lieu, tissant un rapport entre la forme et son contexte qui se situe entre le dessin d’une nouvelle architecture et une sculpture d’une sinuosité autonome.


Cambriolage (2013) de François Roux se constitue comme un tableau éphémère, qui prend forme grâce à des conditions naturelles mouvantes et indéterminables. L’œuvre assume la forme de la lumière réfléchie, instable et dansante, fluide et cyclique. Ses gestes se développent comme des ruptures dans la quête d’un endroit calme, sans prédéterminations et sans qualités. Il réalise des images à partir des contradictions et des risques, faisant émerger une beauté corrompue et transitoire.


La pièce d’André Guiboux invite le visiteur à une rencontre avec l’oeuvre d’un poète pour lequel il a une très grande estime: Joe Bousquet, narbonnais quasi inconnu du grand public, qui a passé sa vie, blessé, dans une chambre dont les volets étaient fermés en permanence. La nouvelle place Andry-Farcy devient dès lors le lieu d’un rendez-vous avec une mémoire à côté de laquelle nous serions passés. La plaque de rue interpelle et évoque le passage entre ce qui s’est passé et ce qui en reste. Il s’agit également d’un hommage et d'un baptême qui se concrétise en un geste par le déplacement d’une plaque du Sud de la France au lieu ici présent.


C’est l’espace qu’ils ont choisi. This is the place.

info
×
info
×
info
×
info
×
Using Format